Qu’entend-on par chirurgie endonasale ?

La chirurgie endonasale représente l’ensemble des techniques chirurgicales endoscopiques permettant d’opérer le nez et les sinus.

Elle peut être pratiquée suite à un traumatisme, une fracture, un accident, une tumeur (chirurgie reconstructrice), des polypes, ou dans le cadre d’une pathologie héréditaire, d’une malformation congénitale (chirurgie correctrice) ou encore dans un but purement esthétique.

Elle peut être aussi un recours thérapeutique chez des personnes atteintes de rhinosinusites chroniques (pour en savoir plus, voir le dossier sur les sinusites et rhinosinusites chroniques).

Que savoir sur l’anatomie ?

Le nez est composé d’os et de cartilages, recouverts de muscles. Il contient deux fosses nasales ; celles-ci sont bordées de lames osseuses appelées cornets. Les cornets sont au nombre de 3 (cornet inférieur, moyen et supérieur) dans chaque cavité nasale.

Les fosses nasales sont séparées par une cloison nasale et s’ouvrent à l’extérieur par les deux orifices des narines.

Les sinus sont des cavités remplies d’air, creusées dans les os de la tête, et s’ouvrant dans les fosses nasales. Ils sont symétriques, de chaque côté de la ligne médiane du visage, et tapissés d’une muqueuse semblable à celle des fosses nasales.

Il existe 4 types de sinus :

  • Le sinus maxillaire,  situé sous chacune des  orbites ;
  • Le sinus frontal, situé au-dessus de chacune des  orbites ;
  • Le sinus sphénoïdal, situé en arrière des fosses nasales ;
  • Le sinus ethmoïdal, situé en arrière de la racine du nez.

Le nez est l’organe de la respiration et de l’olfaction (ou odorat). Les cellules sensorielles de l’olfaction sont situées au niveau de la muqueuse se situant au sommet des fosses nasales. Le message sensoriel capté par ces cellules est transmis au cerveau (1).

Quels exemples de chirurgie endonasale ?

  • Chirurgie de la cloison nasale = septoplastie
    La déviation de la cloison nasale peut entraîner une obstruction nasale, un ronflement ou favoriser une infection des sinus et parfois de l’oreille. Elle peut, dans certains cas, s’associer à une déformation externe du nez.La septoplastie a pour but de corriger une déviation de la cloison nasale (1). Cette intervention nécessite une hospitalisation de courte durée (24-48h). Une incision cutanée est pratiquée à l’intérieur du nez afin de décoller la muqueuse qui tapisse la cloison nasale. Puis, la cloison nasale est replacée en position médiane (2).Après l’opération, une mèche (bande de tissu ou de gaze) est mise en place dans chaque fosse nasale pour drainer les saignements et permettre une bonne cicatrisation. Elle est généralement enlevée dès le lendemain. Dans certains cas, une petite plaque de silicone peut être placée à l’intérieur de la fosse nasale de chaque coté de la cloison. Elle sert d’attelle et sera retirée au bout de quelques jours au cabinet du chirurgien (2).
  • Chirurgie des cornets inférieurs = turbinectomie
    Elle est préconisée chez les personnes atteintes de rhinite en cas d’obstruction nasale très gênante liée à une augmentation importante des cornets inférieurs (3). Elle a pour but de normaliser la ventilation nasale et de permettre une meilleure diffusion des traitements locaux administrés (4-5).
    La turbinectomie est effectuée le plus souvent sous anesthésie générale. Elle consiste à sectionner la muqueuse du cornet inférieur en excès sur toute sa longueur, ce qui libère ainsi la fosse nasale. Après l’opération, un méchage de 24 heures est réalisé. La personne sort le lendemain et doit revenir au bout d’une semaine pour une visite de contrôle.  Les phases post-opératoires de cicatrisation durent environ 3 à 4 semaines.
  • Chirurgie des sinus

Ce type d’intervention s’adresse par exemple aux personnes présentant :

  • Une obstruction nasale chronique (nez bouché)
  • Des rhinosinusites infectieuses à répétition
  • Des polypes du nez
  • Certaines causes de perte d’odorat
  • Des maux de tête d’origine sinusienne
  • Des ronflements et apnée du sommeil d’origine nasale
  • Des mycoses sinusiennes.
  • La présence de corps étrangers (pâte dentaire) dans les sinus.

Avant toute intervention, il est nécessaire de pratiquer un ensemble d’examens qui permettront de faire le diagnostic des lésions à traiter et de guider le traitement chirurgical : une fibroscopie nasale complété par un scanner des sinus ; un bilan préopératoire sanguin et une consultation anesthésique ; parfois un bilan allergologique.

La chirurgie des sinus est réalisée sous anesthésie générale. Le chirurgien opère par les orifices naturels narinaires, en utilisant un système de vidéo-endoscopie et des micro-instruments adaptés. Dans certains cas, le chirurgien peut utiliser un laser.
Les suites opératoires nécessitent des soins locaux répétés sous surveillance médicale. La mise en place d’une mèche est parfois nécessaire. La durée d’hospitalisation et les soins postopératoires vous seront précisés par votre chirurgien.
Les principales complications consécutives à une chirurgie des sinus sont des saignements de nez et la formation de croûtes.

Il existe différents types d’interventions chirurgicales au niveau des sinus. Les plus courantes sont les méatotomies et les ethmoïdectomies :

  • La méatotomie : l’intervention a pour but d’ouvrir largement le sinus dans le nez, pour permettre aux sécrétions purulentes de s’évacuer dans la fosse nasale (3).
  • L’ethmoïdectomie consiste à ouvrir les cavités sinusiennes ethmoïdales pour les faire communiquer directement avec le nez (2).

D’autres moins courantes sont :

  • La sphénoïdotomie : l’atteinte du sinus sphénoïdal peut être responsable de forts maux de tête voire de complications infectieuses graves, c’est pourquoi cette technique consiste à ouvrir le sinus sphénoïdal par son orifice de drainage (méat supérieur) ou dans la continuité d’une ethmoïdectomie (2).
  • La chirurgie du sinus frontal : le sinus frontal surplombe la cavité nasale et a la particularité de se drainer dans l’ethmoïde antérieur par le canal naso-frontal. La chirurgie consiste à reperméabiliser cette région afin que la cavité du sinus puisse à nouveau se vidanger (2).
  • Chirurgie correctrice du nez = rhinoplastie

Le terme de « rhinoplastie » désigne la chirurgie plastique ou esthétique du nez. Elle est destinée à corriger des malformations ou des déformations du nez, qu’elles soient congénitales, consécutives à un traumatisme, ou dues au vieillissement. On peut ainsi rétrécir un nez trop large, supprimer une bosse nasale, affiner une pointe, raccourcir un nez trop long, redresser une cloison nasale, corriger une déviation, réduire des cornets hypertrophiés. Lorsqu’une obstruction nasale gênant la respiration existe, une rhinoplastie peut se faire en même temps qu’une septoplastie (1,3).

Un remodelage du nez peut être aussi pratiqué dans un but purement esthétique. Ce type d’opération requiert au préalable un bilan psychologique réalisé par le chirurgien (1).

Une rhinoplastie nécessite une courte période d’hospitalisation ; les suites opératoires sont rarement douloureuses et un délai de quelques mois est nécessaire pour avoir un bon aperçu du résultat (3).

Dans tous les cas, le maintien ou la restauration de la fonction nasale est indispensable après chirurgie (2).

Pourquoi réaliser des soins postopératoires ?

Pour prévenir les complications, les soins postopératoires dont l’irrigation nasale sont aussi importants que l’évaluation préopératoire et la technique chirurgicale.

On pourra vous demander de réaliser une irrigation grande volume des fosses nasales (comme avec RESPIMER NetiFlow) pour décoller les croûtes et éviter les risques de surinfection (voir la partie 2 «Quel est l’intérêt de l’irrigation nasale grand volume dans les soins postopératoires ? »).

Des visites régulières chez le médecin réduisent la possibilité de complications postopératoires (6).

 

Bibliographie
1 – Larousse Médical. Ed. Larousse. 2006
2- Klossek JM & Beauvillain de Montreuil C. Chirurgie du nez, des fosses nasales et des sinus. Ed. Masson. 2007
3- IFCNS – Institut Français de Chirurgie du nez et des sinus. Fiches de recommandations chirurgicales téléchargeable à partir du site :  http://www.institut-nez.fr/les-interventions-chirurgicales/chirurgie-des-sinus/chirurgie-endonasale-des-sinus-124.html
4- Bonfils P. Le livre de l’Interne ORL. Medecine Sciences Publications. 2011
5- Demoly P. La rhinite allergique. Ed. John Libbey Eurotext, Paris. 2002.
6-Josephson GD. Functional Endoscopic Sinus Surgery for Sinusitis. Disponible à : http://www.medscape.com/viewarticle/715536.